• N'importe quel pays a le droit d'interdire le survol de son territoire.

    N’importe quel pays a le droit de disposer librement de son espace aérien, affirme-t-on à la Compagnie publique d’organisation des transports aériens de Russie. ITAR-TASS a reçu ces explications en réponse à la question de savoir si une autorisation de survoler le territoire d’un pays pouvait ou non être retirée alors que l’avion était déjà dans les airs.

    « Oui, c’est possible. Chaque pays a le droit de prendre telle ou autre décision concernant l’utilisation de son espace aérien souverain à n’importe quel moment, a dit le porte-parole de la Compagnie, Nikolaï Ivachov. Cette décision pourrait être dictée par des raisons de sécurité ou les risques engendrés par le vol de l’avion ».

    L’avion du président bolivien Evo Morales a dû changer sa route en catastrophe pour se poser à Vienne, mardi soir, après que l’Espagne, le Portugal, la France et l’Italie lui ont refusé d’entrer dans leur espace aérien. En cause : une rumeur sur le fait que l'informaticien Edward Snowden, qui a révélé l'espionnage à grande échelle des Etats-Unis, toujours bloqué à l'aéroport de Moscou, était à bord, en compagnie du chef de l'Etat, prêt à lui accorder un asile politique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :